• Voici la carte virtuelle d'un restaurant imaginaire, propre à répondre aux appétits des dévoreurs de livres, des amateurs de musique et des gourmets de peinture...

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet, son adjoint l'inspecteur Bourdeau et son ami Semacgus, au coeur de leur enquête sur La Pyramide de glace (Jean-François Parot, 2014),  font une pause déjeuner dans une taverne rue du Pied-de-Boeuf. Nous sommes à Paris, en février 1784. 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Nous sommes le 23 février 1784 à Paris, au coeur d'un hiver particulièrement rigoureux. Le gigantesque nuage de cendres projeté par le volcan islandais Laki, entré en éruption en 1783, serait responsable de la rigueur de cette terrible vague de froid qui accable alors le nord de l'Europe. On dit que ces circonstances climatiques dramatiques furent une des causes de la Révolution française. 

    A l'hôtel Noblecourt, malgré la rigueur du climat et les difficultés d'approvisionnement, un bon dîner rassemble quelques convives : M. de Noblecourt, vieillard goutteux et ancien procureur, Nicolas Le Floch, marquis de Ranreuil et commissaire de police, Aimée d'Arranet, dame de compagnie de Madame Elisabeth et maîtresse de Nicolas, le docteur Semacgus, ancien chirurgien de marine et anatomiste, ami des précédents. 

    Jean-François Parot nous décrit avec de savoureux détails ce menu d'un dîner bourgeois, dans le 12e tome des enquêtes de Nicolas Le Floch, La pyramide de glace.

     

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Dîner au café Riche

    Georges Duroy, le héros de Bel-Ami de Maupassant, est invité à un dîner à quatre ("une partie carrée") dans un salon privé du Café Riche. 

    Nous sommes vers 1880, à Paris. Le Café Riche a été créé en 1791 au 16 boulevard des Italiens, à l'angle de la rue Le Peletier. Le restaurateur Louis Bignon, dit Bignon aîné, achète cet établissement pour un million de francs, et en fait "le premier restaurant du monde" ! C'est du moins la réputation du restaurant, qui remporte un grand succès dans le beau monde. 

    Les prix étaient à la hauteur de sa réputation :  "On ne doit y entrer [au Café Riche] qu’avec l’intention de dîner sérieusement, sans se préoccuper du montant de l’addition" (Jules Gouffé, Paris illustré, 1875). 

    Le Café Riche a fermé en 1916 et a fait place à la Banque nationale de Paris.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un questionnaire amusant court dans de nombreux blogs littéraires. Il a été traduit de l'anglais, et à mon avis, pas très bien, mais je ne connais pas le texte original. 

    Il s'agit d'organiser un dîner littéraire dont les 11 convives seraient des personnages de livres. 

    Je ne résiste pas au plaisir de répondre aux questions. C'est un bon petit remue-méninges.

    De prime abord, j'ai pensé à des personnages "incarnés", à des personnages de cinéma ou de théâtre. Il est en effet difficile d'imaginer des invités à un repas qui ne seraient pas tangibles. Les réponses à ce questionnaire méritent un peu de réflexion pour retrouver les personnages croisés au cours de nos lectures les plus pertinents. 

     

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique